Maison d'artiste - Maison musée

Je lègue ma maison sise 14, rue de La Rochefoucauld, avec tout ce qu’elle contient : peintures, dessins, cartons, etc.,  travail de cinquante années, comme aussi ce que renferment dans ladite maison, les anciens appartements occupés jadis par mon père et ma mère, à l’Etat, […] à cette condition expresse de garder toujours - ce serait mon vœu le plus cher - ou au moins aussi longtemps que possible, cette  collection, en lui conservant son caractère d’ensemble qui permette toujours de constater la somme de travail et d’efforts de l’artiste pendant sa vie.
Testament de Gustave Moreau du 10 septembre 1897, extrait

Avant de devenir ce sanctuaire célébré par Marcel Proust et André Breton, le musée national Gustave Moreau fut d’abord, dès 1852, la maison familiale de l’artiste. Après la mort de son père, de sa mère et de son amie Alexandrine Dureux, Gustave Moreau demande, en 1895, à l’architecte Albert Lafon de transformer la maison familiale en musée. Les appartements du premier étage sont aménagés comme un petit musée sentimental où sont accrochés portraits de famille et œuvres offertes par ses amis Théodore Chassériau, Eugène Fromentin ou Edgar Degas. Les deuxième et troisième étages deviennent de grands ateliers reliés entre eux par un escalier à vis. Contrairement au minuscule atelier originel, les proportions se rapprochent alors d’une vaste nef où sont exposées plusieurs centaines de peintures et aquarelles ainsi que des milliers de dessins que l’on feuillette comme des livres. Le musée national Gustave Moreau ouvre ses portes en 1903.

L’un des atouts majeurs du musée Gustave Moreau tient dans une muséographie spectaculaire restée inchangée depuis l’origine. La présentation des aquarelles dans un meuble tournant et plus de quatre mille dessins dans des panneaux pivotants qui sortent de la muraille accentue l’irréalité du lieu et de l’œuvre. La présentation d’œuvres sur chevalets témoigne de ce qui fut un atelier avant de devenir un musée.

Le musée, riche de près de 25 000 œuvres, dont plus de 15 000 de la main de Moreau, est de fait, le fonds d’atelier de l’artiste. Deux de ses élèves seront successivement les premiers conservateurs du musée : Georges Rouault puis George Desvallières. L’intérêt du musée Gustave Moreau tient justement au fait que le génie des lieux et l’aménagement voulu par Moreau lui-même aient été préservés jusque nos jours.

Vue du meuble à aquarelles dans l'atelier de Gustave Moreau au 3e étage du Musée Gustave Moreau