Le Rez-de-chaussée

 

Réouverture du rez-de-chaussée

 

Les salles du rez-de-chaussée du musée Gustave Moreau ont rouvert leurs portes à la visite le jeudi 22 janvier 2015 après près d'un an et demi de travaux dans le cadre du Plan Musées financé par le Ministère de la Culture et de la Communication et l'établissement public du musée Gustave Moreau. L’étude des archives et les sondages effectués sur les murs ont permis de retrouver l’harmonie colorée de ces espaces, brun Van Dyck pour les lambris, papiers peints pour les murs, retrouvant fidèlement l’état originel des pièces du rez-de-chaussée de l’ancienne maison familiale. Les murs du couloir et des différentes pièces arborant du sol au plafond des œuvres de grand format (La Mort de Moïse, Hésiode et les muses…) servent l’éclectisme caractéristique de l’accrochage conçu par l’artiste. L'ouverture de ces pièces dans leur muséographie originale ranime l'esprit de cette maison-musée, voulu par son créateur le peintre symboliste Gustave Moreau.

Téléchargez le dossier de presse :
PDF iconrenovation-et-extension-m.g.moreau-dp.pdf

Historique

 

C’est en 1852 que Louis Moreau, père de l’artiste, fit l’acquisition de cette maison avec jardin qui, jusqu’aux ultimes travaux réalisés par Albert Lafon en 1895, connut de multiples transformations. Divers documents témoignent d’une location du rez-de-chaussée, au moins jusqu’en 1870. Gustave Moreau n’en reprit pleine possession qu’en 1884. Henri Rupp (1837-1918), son légataire universel, l’occupa à partir de 1886 et fit des pièces pourvues d’une fenêtre et desservies par un même Couloir : une Salle à manger, un Salon, une Chambre à coucher. Une quatrième pièce « aveugle » est, dans les inventaires, nommée : Chambre de débarras puis Chambre noire.

Inchangées dans leurs proportions, ces différentes salles furent aménagées selon la volonté de Gustave Moreau et s’ouvrirent à la visite dès 1903. L’accrochage n’a plus connu depuis de modifications. Dans quatre grands placards ingénieusement ménagés dans l’épaisseur des murs salle E et F, 272 cartons préparatoires à diverses œuvres sont conservés. Un autre, parfois dit « aux abstraits », renferme de singulières compositions non figuratives d’un chromatisme intense et d’une extraordinaire liberté d’exécution. Salle C, deux placards accueillent 677 dessins, pour la plupart copies d’après les Maîtres. Enfin, salle D, sur des panneaux pivotants, sont disposées quelques 111 huiles sur toiles, esquisses ou variantes d’œuvres du maître du symbolisme. Les murs, eux, s’ornent de près de 200 peintures et aquarelles. Les directives que Gustave Moreau laissa à Henri Rupp concernant l’aménagement de ces salles, ont sans doute été scrupuleusement respectées et peut-être avait-il lui même commencé ce travail avant que la mort ne le surprenne le 18 avril 1898.

Pour des raisons de conservation, la salle C est ouverte uniquement les samedis et dimanches après-midis, de 14h30 à 17h.

 

 

Quelques œuvres