o_oedipe-metropolitan
Visite-Conférence

Rendez-vous avec...

Les dimanches 27 mars, 8 mai, 12 juin et 10 juillet 2022 à 15h
Au musée Gustave Moreau

 

Le Triomphe d’Alexandre le Grand

Le Triomphe d'Alexandre le Grand
Gustave Moreau, Le Triomphe d'Alexandre le Grand,
​​​​​Cat. 70 © RMN-GP / René-Gabriel Ojéda

Dimanche 27 mars 2022

Par Catherine Clot-de Laborderie, conférencière

Une des œuvres majeures de la maturité du peintre, elle fut qualifiée en son temps d’abracadabrante, stupéfiante, extraordinaire tant il est vrai que l’on se trouve ici aux confins d’un récit et d’un imaginaire qui défient les lois de la représentation. En orfèvre, Gustave Moreau compose une Inde poétique. Cette conférence proposera une analyse des sources de la genèse ainsi qu’une observation détaillée des audaces picturales de cette peinture en insistant sur l’attrait particulier qu’exerça sur la créativité du peintre cette terre lointaine et mystérieuse.

 

Gustave Moreau et le Moyen Age

Dimanche 8 mai 2022

Par Lilie Fauriac, docteur en Histoire de l'art

C’est par le biais du romantisme et de son admiration pour Eugène Delacroix et Théodore Chassériau que le jeune Gustave Moreau côtoie pour la première fois l’art médiéval. Le Moyen Âge archéologique que découvre l’Europe au XIXème siècle prend un sens tout particulier dans l’œuvre de Moreau qui l’exploite dès sa première exposition au Salon en 1852. Tout au long de la seconde moitié du siècle, l’artiste observe et étudie les arts médiévaux lors de visites aux musées du Louvre et de Cluny, dans les ouvrages de sa bibliothèque personnelle et au travers de sa collection de photographies et d’estampes. Cette visite vous invite à découvrir comment cette documentation lui permet de proposer un nouveau visage du monde médiéval en réinventant les arts de la tapisserie, de l’enluminure ou du retable.

Gustave Moreau, Les Licornes
Gustave Moreau, Les Licornes,
Cat. 213 © RMN-GP / René-Gabriel Ojéda

 

 

Les Filles de Thespius

Les Filles de Thespius
Gustave Moreau, Les Filles de Thespius,
Cat. 25 © RMN-GP / René-Gabriel Ojéda

Dimanche 12 juin 2022

Par Ezilda Mouveroux, diplômée de l'Ecole du Louvre

« Je suis Hercule fils de Zeus et d’Alcmène. Il y a quelques jours, j’ai tué de mes mains un lion qui ravageait les terres du roi Thespius. En récompense, mais aussi pour perpétuer une puissante lignée, il m’offre ses cinquante filles. Me voilà donc nu et pensif au milieu de tant de beautés : y arriverais-je en une nuit ? Ou dois-je m’en accorder cinquante ? Je me sens, pour la première fois, de ma vie triste, fébrile et pudique autour de ces femmes qui attendent patiemment leur tour… ». En 1853, Gustave Moreau commence à composer les Filles de Thespius, et se plaît à représenter ce sujet scabreux et peu connu d’un demi-dieu qui s’accouple en une nuit (ou cinquante) aux cinquante filles du roi pour leur donner à chacune un fils. Reprise et agrandie dans les années 1880, cette œuvre reste inachevée, mais marquante quant à son sujet et aux détails impressionnants d’un grand et sombre palais où cinquante femmes sont regroupées autour d’un Hercule pensif. Perçons donc à jour le mythe et les pensées d’Hercule revisité par un peintre où les symboles, l’imaginaire et le mystère ont leur importance.

 

Léda et le Cygne

Dimanche 10 juillet 2022

Par Sara Vitacca, docteur en Histoire de l'art

L’union entre Léda – la femme de Tyndare roi de Sparte – et Jupiter métamorphosé en cygne, fut pour les peintres une source constante d’inspiration. Ce mythe leur offrait un prétexte à la réalisation d’un beau nu féminin non dénué d’érotisme. Dans ce tableau, daté de 1865, Moreau conçoit une Léda ambiguë en ce qu’elle peut être assimilée à la figure de la Vierge de l’Annonciation ou du Couronnement donnant là un bel exemple de son syncrétisme. Dans le coin droit l’Amour terrestre, victorieux, s’envole à la conquête du monde. Deux génies ailés élèvent le diadème et le foudre, emblèmes de la puissance de Jupiter près de l’aigle, son animal attribut. Au pied du couple transfiguré se pressent pour l’adorer les divinités moyennes symbolisant la nature : faunes, dryades, hamadryades, nymphes… On distingue, agenouillé, le dieu Pan, divinité tellurique qui : « symbolisant toute la nature, dans son geste de prêtre appelle tout ce qui vit à la contemplation du grand mystère ».

Léda et le Cygne
Gustave Moreau, Léda et le Cygne,
Cat. 43 © RMN-GP

 

 

1h

L'accès à la conférence est gratuit et sans inscription avec votre billet d'entrée au musée.

Tout public
Cycle de cours de dessin / Perfectionnement
D'avril à juin 2022, le samedi de 10h à 13h - 3h
Deux personnes dans le musée Moreau
Des tournages au musée