Tous les événements

Street Art au musée Gustave Moreau : Bestiaires croisés

Street Art au musée Gustave Moreau : Bestiaires croisés

Codex Urbanus, "Hydre de Lerne", détail
Du 18 au 30 mai 2016
Musée Gustave Moreau
14, rue de la Rochefoucauld
75009 Paris
FR
Codex Urbanus
Tous publics
Plein tarif : 6 €
Tarif réduit : 4 €
A l’occasion de la Nuit européenne des Musées, Codex Urbanus, Street Artist, s’invite au musée Gustave Moreau. Du 18 au 30 mai 2016, ses œuvres sur le thème du bestiaire viendront dialoguer avec celles de Gustave Moreau. Une performance de dessin sera assurée par l’artiste le samedi 21 mai de 19h à 23h.

Street Art au musée Gustave Moreau :

Codex s’invite chez Gustave. Bestiaires croisés

 

A l’occasion de la Nuit européenne des Musées, Codex Urbanus, Street Artist, s’invite au musée Gustave Moreau. Du 18 au 30 mai 2016, ses œuvres sur le thème du bestiaire viendront dialoguer avec celles de Gustave Moreau. Une performance de dessin sera assurée par l’artiste le samedi 21 mai de 19h à 23h.

 

L’artiste invité : Codex Urbanus

A l’origine, Codex Urbanus est le nom d’un projet consistant à peindre au milieu de la nuit un bestiaire vandale sur les murs du XVIIIe arrondissement. Ce manuscrit urbain - traduction française du latin Codex Urbanus - se compose exclusivement de chimères et d’animaux fantastiques. Ce projet mural a fait connaître l’artiste au grand public et lui a donné son nom. Codex Urbanus partage avec Gustave Moreau le goût pour le songe, le fantastique et le Symbolisme. Il se revendique d’un peuple d’irréductibles rêveurs qui, en marge de l’art contemporain, continue de représenter figurativement des histoires éternelles et des créatures qui n’existent pas, en tatouage, en bande dessinée, et bien évidemment en art urbain. Ce mouvement constitue un désir impérieux de retour vers le dessin et la peinture, et certains graffeurs et Street artistes livrent sans retenue des vues de monstres, de villes rêvées et de personnages héroïques dans les friches et les interstices des métropoles mondiales. C’est une sorte de Street Symbolisme qui vient, dans la lignée de l’œuvre de Moreau, renouer le lien entre l’artiste et l’imaginaire par l’usage de nouveaux média : dans la rue, la bombe et le marqueur remplacent la peinture à l’huile et la palette.

Après avoir participé à l’exposition “Dalí fait le mur” à l’Espace Dalí en 2013, Codex a eu envie de rendre hommage à Gustave Moreau, dont l’univers onirique et symbolique a toujours été pour lui une grande source d’inspiration.

 

Présentation des œuvres de Codex Urbanus du 18 au 30 mai 2016

Installé dans la maison familiale du peintre, le musée fut entièrement pensé par Gustave Moreau (1826-1898). Légué à l’Etat par testament, le musée a ouvert ses portes en 1903 et la muséographie a été conservée selon les volontés de l’artiste. Dans le respect du lieu et des œuvres exposées, Codex propose un dialogue complice avec le travail de Gustave Moreau et permet d’y poser un regard neuf. Des œuvres sur différents supports (toile recouverte de peinture anti-tag, papier, coupures de presse ancienne) seront exposées en regard de celles de Gustave Moreau, à tous les étages du musée, selon un chemin initiatique allant du rêve au symbolique.

Au rez-de-chaussée, dans les salles E et F, ses chimères dialoguent avec celles du maître. Codex pose la question de la postérité et confronte le désir d’immortalité de l’artiste – en particulier dans le cas de Moreau qui organise son propre musée - avec l’aspect éphémère du Street Art – art de l’instant par excellence, chaque œuvre étant vouée à la destruction à court ou moyen terme.

Au premier étage, dans l’appartement, Codex  dispose de petits dessins encadrés parmi les objets intimes de Gustave. Malgré la convergence des univers, le visiteur pourra reconnaître le style de Codex.

Enfin, les deux derniers étages qui constituent l’atelier sont dédiés à la notion de mythe, de l’antiquité à l’art populaire. La grande vitrine des cires présentera des images de feuilletons du XIXe siècle détournées par Codex. Celui-ci s’interrogera également sur la possible existence d’un mythe Gustave Moreau : le peintre, par ses sujets féeriques et épiques, est-il devenu lui-même une sorte de légende, de personnage fantastique absent temporairement de sa maison, et invitant des générations d’artistes et d’intellectuels à travailler autour de son legs ? Enfin, le Mythe peut-il encore véhiculer un message contemporain, ou a-t-il vieilli ? Autant de questions auxquelles Codex se proposera de répondre par ses dessins.

Téléchargez le parcours :


 

Téléchargez le communiqué de presse:

 

Aventures nocturnes : la nuit européenne des Musées 2016

A l’occasion de la Nuit des Musées, Codex Urbanus dessinera à l’encre et à la plume dans l’atelier de Gustave Moreau, en présence du public. Il pourra répondre aux questions sur sa rencontre avec le musée Gustave Moreau, sur les œuvres exposées ou sur le Street Art de façon générale.

Cette soirée sera une occasion magique de découvrir de nuit le musée Moreau, à l’heure où les ombres accentuent le mystère de l’endroit et où les créatures des murs de Paris apparaissent.

 

En savoir plus sur Codex Urbanus :

Site: www.codexurbanus.com
Facebook page: www.facebook.com/codexstreetart
Instagram/twitter: @codexurbanus
Email: codex@codexurbanus.com