Gustave Moreau, "L'Apparition"

Œuvres en voyage

Le musée Gustave Moreau prête très régulièrement des oeuvres de ses collections dans le cadre d'expositions en France et à l'étranger.

Découvrez les expositions où des oeuvres de l'artiste sont présentes, au delà des murs de sa maison-musée.

 

En France

En 2024 :

EN JEU ! LES ARTISTES ET LE SPORT | Paris, Musée Marmottan Monet
Affiche En Jeu !  

Du 4 avril au 1er septembre 2024, le Musée Marmottan Monet accueille l'exposition En Jeu !, à l’occasion des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024. Le musée Gustave Moreau y prête une gravure (Inv. 11912-24) d'après Les Lutteurs d'Alexandre Falguière (Paris, Musée d'Orsay).

Inv. 11912-24 Les Lutteurs
A. Gilbert d'après Alexandre Falguière, Les Lutteurs (MGM 
Inv. 11912-24)
ENTRE LES LIGNES. ART ET LITTÉRATURE | Montpellier, MO.CO. Montpellier Contemporain

 

Affiche MOCO

 

Du 2 mars au 19 mai 2024 au MO.CO. Montpellier Contemporain, l’exposition Entre les lignes. Art et littérature « explore les liens immenses entre art et littérature, entre les artistes des mots et ceux des formes ».
Deux toiles provenant des collections du musée Gustave Moreau, Hercule et l'Hydre de Lerne (Cat. 26) et Salomé (Cat. 134), sont présentées dans la section introductive de l’exposition afin de mettre en valeur les liens entre l’œuvre de Moreau et les écrits d’Émile Zola et Joris-Karl Huysmans.

 

Ces deux œuvres permettent d’évoquer les deux tableaux qui furent présentés par Moreau au Salon de 1876 (aujourd’hui conservés aux États-Unis à l'Art Institute of Chicago et au Hammer Museum de Los Angeles) et leur commentaire par Zola, ainsi que la longue description de Salomé à laquelle Huysmans se livre, en 1884, dans son roman À rebours (extraits ci-dessous).

 

Hercule et l'Hydre de Lerne

Cat. 26 Hercule et l'Hydre de Lerne

Gustave Moreau. Hercule et l'Hydre de Lerne (Cat. 26)
huile sur toile, 1,55 x 1,32 m
 

Tuer l'Hydre de Lerne constitue le deuxième des douze travaux imposés à Hercule (Héraclès) par Eurysthée, notamment compilés dans la Théogonie d'Hésiode. Dans le mythe, l'Hydre de Lerne est une créature serpentine aquatique à sept têtes, qui vivait dans un marais près de la source d’Amymoné et ravageait le pays d’Argos.
Les nombreuses apparitions du héros antique dans les toiles de Moreau trahissent la fascination exercée par ce mythe sur l’imaginaire de l’artiste. En témoigne notamment la grande composition Les Filles de Thespius (musée Gustave Moreau, Cat. 25), dans laquelle Moreau choisit d’évoquer un épisode étrange et peu représenté du mythe herculéen (la réalisation du tableau, débutée en 1853, s’échelonne sur plus de quarante ans). En 1859, lors de son séjour à Naples, Moreau copie à l’aquarelle la célèbre fresque antique d’Herculanum Hercule reconnaissant son fils Télèphe (musée Gustave Moreau, Inv. 13618). Il projette également de lui consacrer un polyptyque, dont le musée Gustave Moreau conserve plusieurs esquisses.

Il s’agit ici d’une version antérieure, et aux dimensions plus réduites, de la toile du Salon de 1876.
Si la position du héros est différente, on y retrouve un Hercule juvénile, défiant le monstre son gourdin à la main, ainsi que les formations rocheuses au bas desquelles gisent les corps sans vie des victimes, offrant un cadre dramatique à l’affrontement.

 

Salomé

Cat. 134 Salomé

Gustave Moreau. Salomé (Cat. 134)
huile sur toile, 0,65 x 0,55 m
 

Salomé est une jeune princesse orientale, mentionnée dans la Bible. À la demande de sa mère, la reine Hérodiade, elle obtient « sur un plat, la tête de Jean-Baptiste » en échange d’une danse devant le roi Hérode. Hérodiade se venge ainsi du prophète qui a dénoncé son union illégitime à Hérode (car elle est déjà mariée à Hérodias, frère d’Hérode).
S'il s’agit d’une figure assez mineure du Nouveau Testament, sa postérité dans les arts est considérable : elle est un sujet clé pour de nombreux artistes et auteurs du XIXe siècle, qui trouvent en elle l’incarnation de la femme fatale (Wilde, Regnault...).

Sa figure est au cœur de nombreuses toiles et aquarelles de Moreau, qui la représente tantôt dansant, tantôt assistant à la décollation de Jean-Baptiste, tantôt voyant apparaître la tête ensanglantée du prophète.

La toile prêtée est une étude de composition qui propose une première ébauche de l’espace où a lieu la danse : un intérieur d’église où de hauts pilastres forment une enfilade d’arcs, créant une atmosphère sombre et mystique. Au fond se trouve le trône du roi Hérode, tandis que Salomé, vêtue d’une ample robe blanche, apparaît dans le coin inférieur gauche. On retrouve là la majeure partie des éléments de la composition du tableau du Salon de 1876 où « tout se passe dans un sanctuaire mystérieux, qui porte l’esprit à la gravité et à l’idée des choses supérieures. » Ary Renan, Gustave Moreau, 1900 

La représentation de la princesse, dénudée mais richement parée, provocatrice, correspond à la vision tentatrice et malveillante du personnage, populaire au XIXe siècle.

 

Emile Zola et les œuvres du Salon de 1876

Emile Zola, spectateur des deux toiles au Salon de 1876, est loin d’être conquis par le peintre, en témoigne son compte-rendu paru dans Le Messager de l'Europe (Saint-Pétersbourg, juin 1876) au sujet des « deux tableaux si bizarrement archaïques de Gustave Moreau, devant lesquels les bourgeois restent plantés comme devant un rébus ». L’auteur évoque à nouveau les deux toiles dans la partie VI de son article « L’école française de peinture en 1878 », également paru dans Le Messager de l'Europe (juin 1878).

« J’aurai noté toutes les curiosités de la peinture moderne quand j’aurai traité de Gustave Moreau, que j’ai gardé pour la fin comme étant la plus étonnante manifestation des extravagances ou peut tomber un artiste dans la recherche de l’originalité et la haine du réalisme. [...] »

Pour découvrir la suite de ces deux critiques :

 

Huysmans et Salomé

Dans le chapitre 5 de son roman À rebours (1884), Huysmans met en scène Des Esseintes, un personnage ayant acquis le chef-d’œuvre, et livre à cette occasion une longue et vivante description du tableau.

« Dans l'odeur perverse des parfums, dans l'atmosphère surchauffée de cette église, Salomé, le bras gauche étendu, en un geste de commandement, le bras droit replié, tenant, à la hauteur du visage, un grand lotus, s'avance lentement sur les pointes, aux accords d'une guitare dont une femme accroupie pince les cordes. [...] »

Pour lire ou relire ce passage au complet :

CHARLES GOUNOD ET LES BEAUX-ARTS | Saint-Cloud, Musée des Avelines
Affiche Gounod  

Du 20 octobre 2023 au 18 février 2024, le musée a prêté la toile Mort de Sappho (Cat. 625) dans le cadre de l'exposition  Charles Gounod et les Beaux-Arts du Musée des Avelines de Saint-Cloud.

Cat. 625 Mort de Sapho
Gustave Moreau, Mort de Sappho (Cat.625)

 

RETOUR D'ASIE | Paris, Musée Cernuschi
Affiche Retour d'Asie  

Du 6 octobre 2023 au 4 février 2024, le musée Cernuschi a présenté l'exposition Retour d'Asie.

Le musée y a prêté quatre dessins de Gustave Moreau.

 

Du 6 octobre au 18 décembre 2023 :

   
Des. 9541
Gustave Moreau, Etude d'architecture (Des. 9541)
 
Des. 9634
Gustave Moreau, Etude de bronze (Des. 9634)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du 19 décembre 2023 au 4 février 2024 :

   
Des. 3123
Gustave Moreau, Architecture indienne (Des. 3123)
 
Des. 9494
Gustave Moreau, Etude du saint personnage (Des. 9494)​​
ANIMAUX FANTASTIQUES | Lens, Louvre-Lens

Affiche exposition Animaux fantastiques

       

 

       Du 27 septembre 2023 au 22 janvier 2024,

       le musée à prêté divers dessins et toiles au Louvre-Lens, dans le cadre de l'exposition Animaux fantastiques.

Cat. 53 Eve et le Serpent
Gustave Moreau, Eve et le Serpent (Cat. 53)
   
Cat. 372 La Licorne.jpg
Gustave Moreau, La Licorne (Cat. 372)
   
Cat. 580 Fée aux griffons
Gustave Moreau, Fée aux griffons (Cat. 580)
   
Des. 816 Rêve d'Orient
Gustave Moreau, Rêve d'Orient (Des. 816)
   
Des. 11249 Etude de saint Michel terrassant le dragon
Gustave Moreau, Etude de saint Michel terassant le dragon (Des. 11249)
   
Des. 11320 Etude de Griffon pour Oreste et les Erynies
Gustave Moreau, Etude de Griffon pour Oreste et les Erynies (Des. 11320)
 

En 2023 : 

PLON-PLON, UN BONAPARTE ROUGE ET OR | Ajaccio, Palais Fesch

Œdipe et le Sphinx

Du 24 juin au 2 octobre 2023, l’aquarelle Œdipe et le Sphinx (Cat. 517), habituellement visible dans le meuble à aquarelles du troisième étage du musée, est exposée au Palais Fesch d’Ajaccio dans le cadre de l’exposition Plon-Plon, un Bonaparte rouge et or.

Le prince Napoléon (1822-1891), fils de Jérôme Bonaparte, fut une personnalité majeure du monde des arts sous le Second Empire, et notamment l’un des premiers acheteurs de Moreau. L’exposition est l’occasion de réunir des œuvres qui lui ont appartenu, ou d’artistes qu’il a aimés, comme c’est le cas de cette aquarelle.

  Affiche Plon-Plon musée Fesch

 

L’iconographie et la composition de cette petite aquarelle sont similaires à celles d'Œdipe et le Sphinx présenté au Salon de 1864, acquise par Jérôme Bonaparte, cousin de Napoléon III, et actuellement conservée au Metropolitan Museum of Art (MET) de New York. De très nombreux dessins sont conservés pour la mise au point de cette composition. L’aquarelle, datée de 1861, en est, comme l’a indiqué l’artiste, une « première idée ».

 
Cat. 517 Œdipe et le Sphinx
Gustave Moreau. Œdipe et le Sphinx, Cat. 517
Aquarelle
 
MET Œdipe et le Sphinx
Gustave Moreau. Œdipe et le Sphinx, huile sur toile, New York, MET
L’ÂGE D’OR. PARADIS, UTOPIES ET RÊVES DE BONHEUR, DE BRUEGHEL À SIGNAC | Ornans, musée Gustave Courbet

La Vie de l'Humanité

Affiche Age d'Or musée Courbet  

Du 24 juin au 1er octobre 2023, l’exposition L’Âge d’or. Paradis, utopies et rêves de bonheur, de Brueghel à Signac du musée Gustave Courbet (Ornans) accueille deux œuvres de Moreau : le panneau L'Âge d'or, Adam, le Midi, l’Extase (Cat. 1155-2), et le calque La Vie de l’Humanité (Des. 1838).

A travers 70 œuvres prêtées, l’exposition questionne la revitalisation et la popularité du mythe de L'Âge d’or dans les arts du XIXe siècle jusqu’au tournant du XXe siècle et au regard d'œuvres majeures du passé.

La Vie de l’Humanité, un projet “décoratif et monumental”

Les deux œuvres prêtées sont à mettre en relation avec le polyptyque La Vie de l’Humanité (Cat. 216) composé dans les années 1880, exposé en permanence au 3e étage du musée.

Dans cette œuvre monumentale à l’iconographie complexe le peintre exprime les correspondances entre les âges de la vie, les saisons et les heures du jour.

En savoir plus sur ce polyptyque

 
Cat. 216 La Vie de l'Humanité
Gustave Moreau. La Vie de l'Humanité (Cat. 216), huile sur bois
Des. 1838 La Vie de l'Humanité
Gustave Moreau. La Vie de l'Humanité (Des. 1838), encre sur calque
 
Cat. 1155-2 La Vie de l'Humanité
Gustave Moreau. L'Âge d'or, Adam, le Midi, l’Extase (Cat. 1155-2)huile sur bois
 

Le calque La Vie de l’Humanité (Des. 1838) garde les traces des hésitations de Moreau sur la symbolique et l’organisation à adopter. En revanche, l’idée d’une organisation en 9 panneaux surmontés d’une lunette (bien que le Christ y soit pour l’heure absent) semble bien établie.

 

Le panneau L'Âge d'or, Adam, le Midi, l’Extase (Cat. 1155-2) appartient à une autre version du polyptyque, conservée en réserve au musée, d’un fini plus esquissé que la version exposée.

SARAH BERNHARDT. ET LA FEMME CRÉA LA STAR | Paris, Petit Palais

Étude pour la figure de Salomé

Etude pour la figure de Salomé
Gustave Moreau. Salomé (Cat.880), huile sur toile 
(C) RMN-Grand Palais / Christian Jean

Du 14 avril au 28 août 2023, la toile Étude pour la figure de Salomé (Cat. 880), habituellement visible au rez-de-chaussée du musée, est exposée au Petit Palais à Paris, dans le cadre de l’exposition Sarah Bernhardt. Et la femme créa la star, organisée à l’occasion du centenaire de la mort de l’actrice (1844-1923).

Cette étude peinte est à rapprocher du tableau Salomé dansant devant Hérode (Los Angeles, The Armand Hammer Museum of Art and Cultural Center) qui fit sensation au Salon de 1876 et dont elle prépare la partie gauche.

Expo Petit Palais Sarah Bernhardt

 

Sarah Bernhardt et Salomé

En 1891, Oscar Wilde signe en français la tragédie Salomé qu’il destine à Sarah Bernhardt. La comédienne, qui devait interpréter la pièce au Palace Theatre de Londres, dût interrompre les répétitions suite à la censure de Lord Chamberlain, au motif qu'il était « illégal de représenter sur scène des personnages bibliques ». La pièce fut interdite de représentation en Angleterre pendant près de quarante ans.

 

Sarah Bernhardt et Gustave Moreau

La comédienne apparaît dans un article de Jean Lorrain (L'Événement, Paris, 3 novembre 1887) : l'écrivain raconte que lors d’une visite au domicile de l'actrice, il la vit contempler un exemplaire du Roi David de Félix Henri Bracquemond (1833-1914), eau-forte d'après Gustave Moreau, qu’elle possédait et exposait dans son salon. Quatre états de l'eau-forte évoquée par Lorrain sont conservés au musée Gustave Moreau (Cat. 6, Inv. 13991 bis, Inv. 15610, Inv. 15611).

 

Sarah Bernhardt et Jean-Jacques Henner

Le centenaire a également été célébré au musée Jean-Jacques Henner qui a présenté du 22 mars au 26 juin 2023 un petit accrochage Autour de Sarah Bernhardt. Jean-Jacques Henner (1829-1905) et Sarah Bernhardt, tous deux figures emblématiques du Paris artistique de l'époque, se fréquentent et s'admirent mutuellement. Le musée Henner, sis 43 avenue de Villiers, a la particularité d’être abrité dans l’ancien hôtel particulier du peintre-décorateur Guillaume Dubufe (1853-1909), mitoyen de celui de Sarah Bernhardt, et dans lequel l’artiste s’installe en 1878. Vendue en 1922 à Marie Henner, nièce du peintre, la maison-atelier sera alors transformée en musée. Le cadre du musée Henner est particulièrement propice à rendre hommage à la « Divine », qui habita et anima pendant plusieurs décennies l’effervescence intellectuelle et artistique de la Plaine Monceau.

  Brochure Henner Sarah Bernhardt

 

À l'étranger

En 2024 :

L'INCANTO DI ORFEO | Florence (Italie), Palazzo Medici Riccardi
Affiche L'incanto di Orfeo  

Du 20 mars au 8 septembre 2024, le Palazzo Medici Riccardi de Florence (Italie) accueille l'exposition L'incanto di Orfeo, traitant de la figure mythologique d'Orphée.

Cat. 194 Orphée sur la tombe d'Eurydice
Gustave Moreau, Orphée sur la tombe d'Eurydice (Cat. 194)
 

 

Le musée y prête une toile de Gustave Moreau, Orphée sur la tombe d'Eurydice (Cat. 194).

Plus d'informations sur cette toile

1863 - PARIS - 1874 : REVOLUTION IN ART | Cologne (Allemagne), Wallraf-Richartz Museum
Catalogue Revolution in Art  

Du 15 mars au 28 juillet 2024, le Wallraf-Richartz Museum de Cologne (Allemagne) présente l'exposition 1863 - PARIS - 1874 : Revolution in Art.

Le musée Gustave Moreau y prête deux toiles.

Du 15 mars au 27 mai 2024 :

 

Du 27 mai au 28 juillet 2024 :

Cat. 852 Prométhée
Gustave Moreau, Prométhée (Cat. 852)
 
Cat. 694 Europe
Gustave Moreau, Europe (Cat.694)

En 2023 : 

FEMME FATALE : BLICK - MACHT - GENDER | Hambourg (Allemagne), Kunsthalle

L'Apparition

Cat. 222
Gustave Moreau. L'Apparition (Cat. 222), huile sur toile (C) RMN-Grand Palais / René-Gabriel Ojéda

 

Du 9 décembre 2022 au 10 avril 2023, la toile l'Apparition (Cat. 222), habituellement visible au troisième étage du musée, était exposée à la Kunsthalle de Hambourg (Allemagne) dans le cadre de l'exposition Femme Fatale : Blick - Macht - Gender.

En savoir plus sur ce tableau

 

Sur le même thème, le musée conserve la Salomé dansant (Cat. 211), dite Salomé tatouée, dans la deuxième salle du troisième étage du musée.

 

Visites guidées 2024
de mars à juin 2024 - 1h
Atelier
Documentaires